samedi 19 mai 2018

Rouge #2018Projet52 #11, 12, 13, 14, 15, 16 📸

Oups, j'ai un peu de retard dans mon projet 52 !
Ce n'est pas faute de faire des photos, mais parfois, les thèmes ne m'inspirent pas, je n'ai pas le temps, et puis la semaine passe et comme il y a un trou, je m'arrête de publier.
Je vais tâcher d'y remédier cette semaine et la semaine prochaine, et on verra si j'y arrive.
De toute façon, vous avez bien compris que par ici, il n'y a plus trop de contrainte ^-^
Alors voilà les photos...

Semaine 11 

Dans ma main



Semaine 12

Sac de fille



Semaine 13 

Bois



Semaine 14 

1 mot pour toi



Semaine 15 

Cache-cache



Semaine 16 

Lumière







La semaine prochaine, on rattrape les semaines 17 à 21 si j'y arrive...

Toutes les photos par là... 






vendredi 18 mai 2018

Quand sort la recluse de Fred Vargas 🎧📘 [Prix Audiolib]

C'est l'histoire d'une petite araignée. 
C'est l'histoire d'une petite araignée qui intéresse beaucoup le commissaire Adamsberg.
C'est l'histoire d'une petite araignée qui serait peut-être à l'origine de plusieurs morts suspectes. 
C'est l'histoire d'une lectrice arachnophobe qui n'avait pas lu Vargas depuis longtemps et qui a bien fait d'y retourner. 

Une femme vient d'être renversée par une voiture. 
Adamsberg rentre d'Islande et résout cette affaire en vitesse avant d'être intrigué par les recherches que mène l'un de ses hommes sur son ordinateur. 
Il semble qu'il s'intéresse à une petite araignée nommée "Recluse" qui peut parfois mordre et provoquer des blessures assez importantes. 
Il y aurait eu plusieurs morts chez des personnes âgées mordues par des Recluses du côté de Nîmes...

Évidemment, tout ce qui est un peu hors cadre intéresse le commissaire Adamsberg.
L'enquête officielle est vite expédiée pour qu'il puisse s'intéresser à cette affaire d'araignée, malgré les risques encourus.
Sa hiérarchie ne semble pas d'accord pour qu'il enquête, tout comme une partie de ses hommes, dont Danglard le fidèle compagnon qui va se révéler ici un adversaire retors.

L'histoire est bien menée, on suit les péripéties de l'enquête avec délectation.
J'avais un peu deviné, mais pas vraiment et pas pourquoi, et c'est toujours un gage de qualité pour moi.
 Les rappels historiques sont toujours intéressants et bien amenés, et les personnages ont une véritable épaisseur.
Il y a tout de même quelques petites imprécisions, comme ce commissaire parisien qui va enquêter en province juste parce qu'il en a envie, mais ce n'est pas si important et on pardonne à Fred Vargas sans hésiter.


J'avais quitté Adamsberg dans sa 5e ou 6e aventure.
Ne sachant plus trop où j'en étais, cela me décourageait d'avance de reprendre cette série que j'apprécie pourtant beaucoup.
La présence de ce nouvel opus dans la sélection du Prix Audiolib m'a un peu forcé la main, et je pense que je vais reprendre la série en plein milieu, et tant pis pour ce qu'il me manquera.
Je complèterai au fur et à mesure.

La version audio est vive et bien équilibrée.
Thierry Janssen offre sa voix grave pour raconter cette histoire un peu sombre et c'est un vrai plaisir de l'écouter. 

En bref, voilà un Vargas de très bonne facture, un très bon cru qui pourrait vous enchanter l'été prochain !





mercredi 16 mai 2018

Bâtard de Max de Radiguès

C'est mercredi !
C'est la BD de la semaine !!!
Et voilà une petite BD que j'ai lu il y a quelques semaines mais qui me semble difficile à présenter.
Alors je me lance, et on verra bien ce que cela donne...

May et Eugène filent sur la route, le coffre de leur voiture plein de billets. 
Traqués, ils fuient pour échapper à un tueur qui élimine petit à petit tous ceux qui ont participé au casse du siècle...

Je me rends compte que le pitch de cette BD est assez simple finalement.
C'est l'histoire d'une fuite avec tout ce qui l'accompagne dans les films américains, les poursuites en voiture, les accidents, les héros qui se cachent dans une maison et les méchants qui les traquent.
Max de Radiguès manie les clichés en les reprenant à son compte.
Il y a des indiens, un routier, des voitures cassés, des cactus...
Entre western moderne et film-poursuite, il nous offre des images un peu dure pour leur donner un petit côté tendre renforcé par le dessin.

Au premier coup d’œil, difficile en effet d'imaginer que ce trait rond, plein de douceur, sert un récit parfois violent et difficile.
Mais l'histoire est maitrisée et les rebondissements nous tiennent en haleine.
On suit les aventures de ces deux personnages avec intérêt en espérant forcément un happy end.
Il y a aussi quelques personnages secondaires qui viennent compléter le duo et renforcer le côté tendre de l'histoire, même si on a un peu peur qu'ils soient finalement très méchants.
Et puis le twist final est vraiment bien trouvé, même si la fin m'a un peu laissée sur ma faim.

En résumé, c'est donc une BD qui mérite son prix du polar SNCF pour l'originalité de son trait et le jeu avec les clichés des films de genre.
Vous passerez un bon moment dans ces pages et il sera peut-être difficile de quitter May et Eugène.




LA BD de la semaine est chez Stephie






dimanche 13 mai 2018

Sunday mood lacté 🍼👶

Les vacances de printemps s'achèvent en Normandie et on se prépare pour le long tunnel de la fin de l'année.
J'ai du mal à réaliser que la première année d'école de ma minette s'en va déjà vers sa fin.
Pourtant c'est le cas et on a déjà eu le joli papier nous indiquant qu'elle va passer en moyenne section. 




Cette dernière semaine de vacances a donc été intense et il n'y a pas eu beaucoup de billet par ici.
On a dû remplacer la machine à laver (et c'est compliqué d'en choisir une nouvelle), faire des trous dans les plafonds pour la nouvelle salle de bain, faire les courses de matériaux pour pouvoir finir les travaux, occuper une petite fille qui trouvait finalement les vacances un peu longues (qu'est-ce que ce sera cet été...).
On a aussi fait pas mal de jardinage, et ça, ça détend.
Mais le froid nous a rattrapé, il fait 9° aujourd'hui !
Pas question de sortir une petite demoiselle qui retousse encore.




La semaine prochaine, il devrait y avoir quelques billets.
Je dois rédiger celui qui parle d'une petite araignée et des meurtres qui lui sont associés et celui qui parle de braqueurs en déroute.
Cela promet d'être gai, n'est-ce pas ?
Et sinon, je lis un peu.
J'ai commencé la Ferme du bout du monde et c'est sympatoche.
J'ai abandonné la version audio de Bakhita en espérant que la lecture avec les yeux sauvera un peu ce texte.
Je poursuis aussi la lecture des Vieux Fourneaux, et c'est rigolo.




Allez, je vous laisse, nous sommes en plein pic de croissance des 3 mois et mon tout petit réclame à manger toutes les heures !!!
Vivement demain que la semaine commence 😆


Les petits bonheurs de la semaine sont par là...


Bonne semaine !!!






jeudi 10 mai 2018

Ma reine de Jean-Baptiste Andréa 🎧📘 [Prix Audiolib]

Voilà un roman court estampillé "rentrée littéraire 2017", un petit roman qui est passé un peu inaperçu dans le flot de publications de septembre dernier.
Enfin, pour moi, parce qu'il a quand même reçu plusieurs prix !
(dont le prix du roman "envoyé par la poste" dont on se demande si les créateurs manquaient d'idée pour faire un prix à tout prix...)

Eté 1965 en Provence
Shell est un jeune ado qui habite avec ses parents dans une station service où il sert parfois l'essence. 
Il ne va plus à l'école parce qu'il est un peu "différent". 
Mais cet été, il a décidé de partir à la guerre. 
Il fait son sac et en pleine nuit, il part... 
Je n'avais vraiment pas beaucoup entendu parler de ce roman avant de le voir dans la sélection du Prix Audiolib.
Il me semble que je l'ai vu sur un ou deux blogs, mais les billets ne m'avaient pas tenté. 
Je ne savais donc pas du tout de quoi cela parlait et j'ai découvert cette histoire en commençant la lecture.
Malheureusement, j'ai moyennement accroché. 
Le jeune Shell est un garçon simplet comme on disait à l'époque qui raconte cette histoire à la première personne.
Jean-Baptiste Andréa construit un narrateur qui a une épaisseur et une psychologie qui touche forcément le lecteur.
Il est attachant et on suit ses aventures avec empathie. 
Mais cela ne m'a pas suffit. 
Je suis restée loin de ses peines et de ses joies.
C'est peut-être un sujet qui ne me passionne pas, mais c'est peut-être dû aussi un peu à l'écriture, pourtant plutôt jolie. 
Et puis la fin m'a laissée un peu dubitative. 

La lecture, en revanche, est vraiment bien faite. 
Guillaume Jacquemont rend parfaitement la voix d'un jeune homme de cet âge un peu simplet et on suit l'histoire sans effort. 

Si le roman vous tente quand même, surtout, n'hésitez pas à le lire, vous pourriez aimer plus que moi. 



LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...